Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
  • Page :
  • 1
  • 2

SUJET : SIV or not to SIV

SIV or not to SIV 25 Mai 2019 15:25 #15855

  • Alain
  • Portrait de Alain
  • Hors ligne
  • Modérateur
  • Sigma 9 / ITV-Awak
  • Messages : 1322
  • Remerciements reçus 788
Bonjour à tous,

Ce post est la synthèse d'une discussion ouverte entre plusieurs membres Razmotte.
Avec des avis éclairés de pilotes d'expérience ouvrant à réflexion...
Il serait trop dommage de ne pas en faire profiter le plus grand nombre d'entre vous. :cheer:

D: Il nous faut des jeunes crosseurs pour étoffer notre équipe.
I: Super motivé pour faire mes premiers cross en montage avec vous les gars. Enfin sortir du bocal. Sans négliger l'analyse et sachant renoncer si je sors de mon domaine de vol.

H: Qui dit crosseur dit SIV (Stage de simulation incidents de vol - pilotage)

I: Pas les moyens pour le moment. Et selon d'autres sources, le SIV peut faire régresser si on n'a pas le niveau et, soit disant, qu'une minorité de compétiteurs coupe du monde n'a jamais fait de SIV. Les pionniers ne faisaient pas de SIV.
Mais d'accord avec toi qu'un SIV permet de vivre certains incidents de vol et de s'en sortir le jour venu.

H: Tous les pilotes de compétition font un SIV par an
D: Le cross de plaine est plus sûr que le vol de montagne. Mais on n'est pas du tout à l'abris de fermetures ou de devoir tenir son aile sur un shoot violent.
J'ai effectivement subit quelques fermetures en plaine avec départ en autorot. Et aussi à St André...

A:En tant qu'animateur sécurité, je rentre dans ce débat...
L'activité cross se pratique la plupart du temps aux heures les plus chaudes avec des thermiques très généreux, ou des pétards comme on dit...
Les vols sont automatiquement plus engagés.

J'invite tous ceux qui font des cross à faire un stage SIV. Le parapente est un sport à risque qui justifie de mettre toutes les chances de notre côté.
Ce début d'année a été marqué par beaucoup trop d'accidents fatals pour le pilote ou passager.
Seulement 50% de nos membres ont fait un ou plusieurs stages. Beaucoup sont revenus convaincus de leur utilité.

C'est vrai que l'on peut craindre d'être trop secoué... De subir...
Les écoles ont maintenant pris en compte le risque de dégoutter. Pour exemple, le décrochage autrefois systématique n'est plus exigé.
Flyeo avance que 90% des cravates sont solutionables par action sur les bonnes commandes ou des actions efficaces sur les freins avec l'appui sellette adapté.
On travaille principalement les fermetures, départs en autorot, sortie de 360, gestion des ressources et abattée
Enfin, on précise toujours en début de stage notre objectif.

G: Toutes les écoles n'ont apparemment pas évoluées !!!
David Eyraud continue de pratiquer des SIV engagés. Et publie sur le net....
(Dommage, ça donne une idée négative de l'exercice.)

I: Alain, que veut dire un tour et c'est secours ???
A: Si tu pars en rotation, et si tu n'arrives pas à la contrôler par un bon appui sellette, passé un tour, tu fais secours avant de perdre ta lucidité par centrifugation.

H: Témoin d'un tel accident où le pilote était qui était à plus 2000m, a fait un vrac, parti en autorot, a perdu connaissance très rapidement.
Gu: Témoin aussi, pas l'impression qu'il ait cherché à contrer dès le départ.
Le plus important pour moi, ce sont les tempos et de s'appuyer sur tout ce qui tient pour contrer l'autorotation. Avant d'essayer d'enlever la cravate


S: Ça donne envie de faire un SIV tout ça ! :evil:
Pour moi, il est moins risqué de partir en cross en plaine que de rester sur site à basse altitude et se faire tabasser toute l'après midi.
(Certes... mais l'idée générale c'est quand même de faire des vols plaisir quand l'aérologie est bonne)
Semaine dernière à Chamery, de gros thermiques puissants. Si j'avais décollé, c'était pour m'extraire au plus vite pour éviter les risques au dessus des piqutes de vigne. Partir au plus vite. :whistle:
Un local n'a toutefois pas hésité à faire des wings aproximatifs au dessus des piquets et prendre des risques inconsidérés. C'est beau la jeunesse.
Il a dû trouver son courage après quelques tafs sur son bédo :blink:
Moi ça a eu l'effet inverse. :sick:
Sinon, la hauteur est un gage de sécurité.

E: Je peux aussi témoigner de l'utilité d'un SIV avant de partir en cross, ayant connu un gros sketch en fin de vol il y a plusieurs années.
Je suis à 700 m/sol, dernier glide pour boucler après 3h de vol, je suis relâché et je prend une énorme asymétrique ==> cravate et départ en autorot immédiat.
J'ai cramé 400m de gaz à essayer d'enlever ma cravate alors qu'il n'y a qu'une chose à faire c'est contrer pour stopper l'autorot et retrouver son cap.
Au moment de lancer le secours, la voile s'est rouverte et j'ai pu me vacher.
1 mois après j'ai fait mon SIV et j'ai compris ma grosse erreur (par ignorance) qui aurait pu me coûter cher !

I: Un diction facile à retenir: "Quand bouge le feuillu, c'est couillu..."

S: Si certains sont tétanisés par une autorot. On ne sait pas comment nous réagirions lors d'un gros vrac.

B: J'ai déjà fait huit jours de SIV
Un truc à retenir, c'est qu'il est préférable de laisser voler son aile que de surpiloter.
Rotation ==> Contrer sellette (appuyer sur le côté qui vole)
Si on ne sait pas ce qu'il faut faire, bras hauts !!!
Quand ça pue, il faut tenir son aile. Mais attention, tenir son aile, c'est pas l'empêcher de voler.

I: Pas clair tout ça !!!

E: Ça veut dire attention aux basses vitesses

Gi: La hauteur n'est pas gage de sécurité. Quand c'est mauvais, il faut poser.
Des pilotes m'ont dit une aile ça se sent avant que ça ne parte en couille. En gros, ça ne doit pas arriver.
Par expérience, c'est faux... Tout n'est pas contrôlable ou gérable.

H: A Ager, j'ai pris 9/10 d'aile. Je ne l'ai pas senti venir, mais je pouvais m'y attendre car le vent du Nord s'est mis à rentrer.
D'autres sont restés au dessus de la couche de foehn, mais c'était reculer pour mieux sauter.
Idem à la tournette. Rien senti venir.
0 sept 69 zero 5 66 6 un - Secrétaire Razmotte
Dernière édition: 25 Mai 2019 18:36 par Alain.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Hugues, Micka, FlyPif, svp59

SIV or not to SIV 26 Mai 2019 19:02 #15859

  • Hugues
  • Portrait de Hugues
  • Hors ligne
  • Messages : 1833
  • Remerciements reçus 622
To fly or not to fly, that is THE question !
Moniteur fédéral devenu Pro ... Tout arrive !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

SIV or not to SIV 31 Mai 2019 01:56 #15882

  • Niko
  • Portrait de Niko
  • Hors ligne
  • Messages : 22
  • Remerciements reçus 9
SIV ou pas SIV?
Si tu voles en condition thermique, tot ou tard tu vas te prendre une fermeture, frontale ou assymetrique.
La question c est la premiere fois que tu te prends une fermeture, tu preferes que ça soit:

A) au dessus du sol, avec pas beaucoup de hauteur quand tu ty attends pas, que tu comprends pas ce qui ce passe, que tu sais pas comment gerer ça, et qu il faut que tu te demerde tout seul.

Ou B) au dessus d un lac, c est toi qui provoque la fermeture quand tu es prêt, tu comprends ce qui se passe et tu sais ce qu il faut faire parceque le moniteur te l a expliqué avant. Et t es pas tout seul, il y a le moniteur qui te guide. il surveille ton environnement et ton altitude, et va te repecher si tu as du faire secours.

Je sais pas vous, mais moi j ai vite choisi, j ai fait un SIV.

Après je pense que faut pas pas le faire trop tot dans l apprentissage. Il faut que le pilote soit a l aise en l air, et ai envie de passer a l étape supérieure.

Je pense que le SIV c est comme un vaccin, tu apprends a reconnaitre et as te défendre contre les incidents de vols, comme ça quand tu t en prends un en vrai, tu paniques pas, tu as moins de viscosité mentale, tu sais quoi faire rapidement.

Il y a trop de videos d accidents ou presque accident sur youtube de mecs qui savaient pas ce qu il fallait faire, qu ils priorisaient des trucs qui étaient secondaires. ( genre le mec qui tire sur les suspentes pour defaire une petite cravate, alors qu il est en autorotation et qu il en est a son dixieme tour)
Alors que s ils avaient su quoi faire il s en serait sorti facilement.

Je pense aussi qu il est important de lancer son parachute de secours pendant un stage SIV pour savoir ce que ça fait et ce qu il faut faire. Une fois qu on l a fait une fois, ça peut diminuer le temps d hesitation a faire secours quand on en aura besoin. (Il y a une grosse proportion d accidents ou il y avait le temps de lancer le secours, mais ça n a pas été fait.) Et puis c est bien de voir si le secours qu on a marche bien.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

SIV or not to SIV 31 Mai 2019 02:27 #15883

  • Niko
  • Portrait de Niko
  • Hors ligne
  • Messages : 22
  • Remerciements reçus 9
Et pour les pilote qui se font peur en SIV. C est pas le but, mais vaut mieux qu il se fasse peur au SIV ( des fois au point de plus voler) et qu il soit en bonne santé, plutot qu il lui arrive un vrai incident de vol et qu il soit tetanisé par la peur et que ça finisse mal.

Les eleves qui se font peur, ça depend des ecoles, faut se renseigner pour la choisir.
L ecole ou j ai fait mon SIV, le moniteur fait remplir une fiche demandant ce que tu sais faire et quelles sont tes attentes du stage. le 1er vol, il te demande de lui montrer ce que tu sais faire. Il voit tout de suite ton niveau et sur quoi il faut travailler.
Et pour chaque eleve, et avant chaque vol, le programme est choisi par le moniteur et l élève. Si le moniteur propose un truc que l élève n a pas trop envie, on choisi autre chose. Si l élève veut faire un truc que le moniteur ne pense pas qu il a le niveau, il va lui dire: montre moi que tu maitrises ça avant de faire ceci.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Hugues, Alain, Micka

SIV or not to SIV 03 Jui 2019 13:05 #15893

Pour moi le SIV de mai dernier m a surtout redonné de la confiance en moi, même et surtout si les exercices étaient à mon humble niveau. Et puis le faire avec les autres membres du club est un vrai plus, un bon moment. J ai aussi identifié pas mal de choses à travailler ou retravailler pour ma progression
Robert 52 ans, parapentiste depuis 2009 (stage init dans la Drôme), et chez Raz'mottes depuis 2014.
Brevet initial cette année en 2017. Tout content de pouvoir voler avec des gens sympas dans notre belle région.
Je vole avec une EONA de Sup'Air.
Sellette Axess 3 air de Advance.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Alain, TOF

SIV or not to SIV 11 Jui 2019 17:07 #15930

  • lwaxana
  • Portrait de lwaxana
  • Hors ligne
  • Messages : 12
  • Remerciements reçus 4
Je fais mon premier la semaine prochaine, j'ai déjà des chocottes ^^. Mais je pense que c'est nécessaire.
Mons | +32 478 48 10 99
U-Turn Blacklight ( la noire et jaune qu'on peut pas louper )
Dernière édition: 11 Jui 2019 17:10 par lwaxana.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

SIV or not to SIV 18 Jui 2019 22:02 #15954

  • Olivier Deb
  • Portrait de Olivier Deb
  • Hors ligne
  • Messages : 49
  • Remerciements reçus 11
Je vais prendre le point de vue contraire : le stage SIV nuit à la sécurité :)
Bon, j'exagère, j'ai déjà fait un SIV (avec David Eyraud et je n'ai pas été traumatisé même s'il me disait souvent d'envoyer + !) et j'en suis content, je pense en refaire d'ici un an ou 2.
Mais il ne faut pas penser qu'on est en sécurité parce qu'on a fait un ou des stages SIV. La sécurité, c'est la marge qu'on prend entre les conditions et notre niveau de pilotage et les 2 ne sont pas faciles à estimer. Si, suite à un stage SIV, on se permet de voler dans des conditions dans lesquelles on aurait pas volé avant, on volera plus mais on ne volera pas plus en sécurité.
Quelqu'un l'a dit plus haut, on sort d'un stage SIV avec plus de confiance. J'en suis sorti avec une grande confiance dans ma voile : je la mettais en vrac et je n'avais qu'à tout lâcher pour qu'elle se remette rapidement en forme, c'est très rassurant. J'ai essayé plusieurs fois de la faire partir en autorotation mais j'avais beau mettre tout mon poids côté fermé, je n'ai jamais réussi. Pourtant, dans d'autres conditions, ça se passe autrement, j'essaie de ne pas l'oublier.
Bref, je pense qu'il faut faire attention à l'excès de confiance.

J'avais vu il y a quelques années une vidéo d'un parapentiste qui allait se mettre sous le vent d'un décollage, à un endroit où il n'y avait personne et sur un site qu'il découvrait. Il se prend une grosse frontale pas très haut, la voile rouvre heureusement tout de suite et là il met en commentaire sur sa vidéo "Merci le SIV!" :ohmy: . Je pense qu'il a surtout eu de la chance et qu'il ferait bien d'être plus prudent !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

SIV or not to SIV 18 Jui 2019 22:22 #15956

  • thomasm
  • Portrait de thomasm
  • Hors ligne
  • Messages : 347
  • Remerciements reçus 283
Belle pertinence ! J'abonde !

Même si je n'ai encore moi-même jamais fait de SIV.

Mais me suis toujours dit que c'est pas parce qu'on aura fait 1 ou 2 contrôles tangage en SIV qu'on saura répéter le geste en situation "réelle".
Mons-en-Baroeul | 06 VingtCinq 17 Soixante-et-un 09 | Ozone Buzz Z5 | (modeste) Membre de la Commission Sécurité RazMotte
Dernière édition: 18 Jui 2019 22:24 par thomasm.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

SIV or not to SIV 20 Jui 2019 15:46 #15960

  • Hugues
  • Portrait de Hugues
  • Hors ligne
  • Messages : 1833
  • Remerciements reçus 622
Tout à fait d'accord avec toi Olivier.
Un SIV ne doit pas inciter un pilote à prendre d'avantage de risques. Il doit même garder les mêmes marges.
L'objectif est d'être plus serein et de savoir quoi faire en cas d'incident vol.

Exemple :
Francis a fait SIV au printemps et a notamment appris à gérer une fermeture asymétrique et à stopper une auto-rotation.
Cela lui a permis de bien connaitre son aile et son comportement hors du domaine de vol.
Lors de la sortie bleue, pendant le vol thermique entre 12 et 13h, il a pris 3 fois "une 1/2 aile sur la tête"
J'étais en l'air avec le groupe et quand la masse d'air est devenue désagréable à voler et potentiellement accidentogène, j'ai donné l'instruction à tous les pilotes d'aller poser.
Au débriefing du vol, il nous a dit qu'il était resté serein à surveiller la réouverture de l'aile, en contrant modérément. côté ouvert.

Il est aussi important de savoir quoi faire si les conditions se dégradent que de surveiller leur évolution et prendre la décision d'aller poser.

Il va de soit que voler entre 12h et 13h au printemps, n'est pas à la porté d'un brevet initial.
Moniteur fédéral devenu Pro ... Tout arrive !
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

SIV or not to SIV 20 Jui 2019 20:50 #15965

  • lwaxana
  • Portrait de lwaxana
  • Hors ligne
  • Messages : 12
  • Remerciements reçus 4
Hello, je reviens de mon SIV, c'etait avec David Eyraud.
Je ne pense pas être devenu un pro de l'accro en 3 jours. Mais je peux arrêter un 360 face planète non voulu, une abatée pendulaire, j'ai démystifié la parachutale, la frontale, ça vole même avec une fermeture à 50%, les grandes oreilles en 360 accélérées .. je n'ai pas eu l'occasion de tenter un décro assym, ni une autorot' mais je pense que même si personne n'a vécu un vrac, ça vaut la peine d'aller voir à quoi ça ressemble.
J'ai déjà repris un stage fin septembre histoire de valider les acquis et de découvrir de nouvelles sensations.
Mons | +32 478 48 10 99
U-Turn Blacklight ( la noire et jaune qu'on peut pas louper )
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Henri
  • Page :
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page : 0.146 secondes
Propulsé par Kunena