Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
  • Page :
  • 1

SUJET :

La X-Alpes comme si vous y étiez (presque) ou le récit d'une expédition avortée 26 Juil 2021 18:53 #17572

  • Nico
  • Portrait de Nico Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Sol Ellus 5 / Gin Yéti 4
  • Messages : 63
  • Remerciements reçus 50
Bonjour tout le monde, 

J'ai un peu hésité à publier mon récit vu le fiasco de mon expédition. Cela dit il y a quand même quelques points positifs à retenir donc je me lance. 

Commençons tout d'abord par le plan d'origine. Il était simple. Profiter de 3 jours à Annecy (du vendredi 23 au dimanche 25 juillet) pour tenter une formule inédite : Un vol bivouac à travers un petit bout des Alpes.

Le contexte est parfait, je suis seul et je n'ai donc pas la pression de devoir rentrer le soir. Je suis sans voiture et j'ai juste un billet de train pour rentrer à Lille le lundi matin au départ de Lyon. Il faut avouer que ça libère sacrément la tête quand il s'agit de partir en vadrouille sans savoir où ni combien de temps. 

Dans ma sellette j'ai réussi à caser tout le nécessaire pour voyager confortablement : duvet, tapis de sol, tente minimaliste, réchaud, vêtements de rechange et quelques provisions. Le sac est un peu lourd à porter mais ça rentre aussi bien en configuration marche qu'en configuration vol. 

2 jours avant le départ je passe un long moment avec Damien (que je remercie au passage infiniment pour sa disponibilité) à étudier les options possibles. Comme toujours ses conseils sont précieux et particulièrement pointus. Nous envisageons plusieurs scénarios en fonction de la météo, des sites de départ et des horaires. Bref, le sujet est passé au peigne fin !

L'objectif est d'avancer autant que possible en vol. Pas d'impératif de distance ni de temps en l'air, je dois juste gérer le timing pour être à Lyon dimanche soir. Pour le reste c'est une balade sans pression avec une seule envie : profiter du plaisir simple de voler et de bivouaquer au grand air ! Depuis le temps que je rêve de me faire une sortie de ce genre... je vous laisse imaginer mon excitation !

Enfin... ça c'est pour le rêve. Passons maintenant à la réalité.

Arrivée par le train à Annecy je commence par me faire déposer à la Forclaz en stop. De là, je pars pour un long glide tout calme au-dessus du lac direction les faces est. Je vais poser à Lathuile où je retrouve Benoît un copain d'Annecy rencontré lors de notre sortie pote en mai. Nous enchaînons par une randonnée d'une bonne heure qui nous permet de monter au décollage d'Entrevernes. Nous l'avons choisi pour son orientation Est (qui chauffe dès le matin) et en tenant compte de l'orientation du vent qui est annoncé Est en début de matinée. L'idée c'est de profiter de l'effet conjugué du dynamique et du thermique pour monter au-dessus d'Entrevernes puis de sauter sur le Roc des Bœufs avant d'enchaîner sur le programme prévu (voir plan ci-joint).

Dès 10h je sens déjà que le déco est alimenté et je vois des barbules se former au-dessus du relief. Ca s'annonce bien. On se prépare et on attend un peu histoire d'être en plein dans le créneau qu'on avait visé (entre 10h30 et 11h). Je décolle à 10h45 prêt à passer une journée mémorable tout en me disant que même avec 20 km mon expédition serait un succès. Je suis juste trop heureux d'être là !

Bon, je ne vais pas faire durer le suspense, à peine arrivé en l'air j'ai compris que ça ne serait pas si simple. J'avais à peine fait 200 m le long de la falaise que j'ai senti que le vent avait tourné au Nord (ou plutôt la brise du lac). J'ai eu beau essayer d'exploiter les quelques petits thermiques que je trouvais rien à faire. Ca ne tenait pas. Au bout de 10 minutes nous avons tous les deux finis au tas. Un peu penauds, vous l'imaginez.

Qu'à cela ne tienne, nous avions prévu un plan de secours. Vu l'heure matinale il était encore temps de tenter quelque chose depuis les faces ouest. En l'occurrence une traversée du lac sur le Semenoz puis un aller-retour vers Chambéry. Nous prenons donc la voiture de Benoît pour aller à Talloire. 2 minutes de stop et nous voilà en route pour le déco de Planfait. L'aventure continue...

Mais nouvelle déception. Les conditions sont vraiment moches. Un voile d'altitude bloque le rayonnement et l'activité thermique ne s'installe pas. On observe d'ailleurs un signe qui ne trompe pas. Il n'y a quasiment aucun pilote local... ça ne sent pas bon. Là-dessus on voit arriver Laurie Genovese avec un passager biplace, on va vite être fixé. Si elle tient on a peut-être un infime espoir de faire comme elle, si elle ne tient pas c'est que c'est cuit. Je la regarde décoller, engager un virage à gauche, disparaitre derrière les arbres... pour ne plus réapparaitre. Je comprends à ce moment-là que mon aventure s'arrête ici. Dommage, j'en avais tellement rêvé. Une discussion avec un moniteur m’apprendra que c’est le flux de sud qui est responsable de cette situation. Nous l’avions bien identifié avec Damien mais il se situait dans les hautes couches et je ne pensais pas subir son influence. En réalité il amène un air plutôt chaud et vient écraser toute l’activité thermique autour d’Annecy. A retenir donc : par vent de sud : Annecy = pourri.  

Je déplie une dernière fois la voile pour aller poser à Perroix. Le temps de tout ranger je descends au lac pour me baigner et passer l'après-midi au soleil. J'avance mon retour au samedi matin et profite d'une dernière nuit sur place pour dormir à la belle sur les hauteurs de Veyrier... vue imprenable sur Annecy. J'avoue que ça me console un peu.

Samedi matin debout à 5h, je petit déjeune en regardant l’orage se déchaîner sur la vallée de Genève puis je descends à la frontale. Arrivée à Veyrier j’ai même le temps de piquer une tête dans le lac avant de prendre le bus qui m’emmène à la gare. Ensuite c’est retour à Lille, fin de l’aventure. Au-delà de la déception qui est grande je retiens quand même plusieurs points très positifs de cette escapade. Tout d’abord que le vol bivouac c’est possible. Je n’ai pas volé beaucoup mais l’organisation que j’ai trouvée m’a paru plutôt efficace. Ensuite, quel bonheur de partir en autonomie sans le stress de devoir penser au retour ou la peur de vacher trop loin de la voiture. Enfin l’importance d’une bonne préparation des cheminements et des options possibles. Damien encore un immense merci. Honnêtement je ne pensais pas une seconde arriver au bout des parcours qu’on avait imaginés mais au moins j’avais l’esprit plutôt libre sur les directions à prendre. Ca permet de garder de la ressource mentale pour le vol. Voilà, ce n’est pas très glorieux mais c’est plein de promesse… j’espère pouvoir remettre ça rapidement et si possible le partager avec quelques potes. Nico  

  
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alain, thomasm

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Dernière édition: par Nico.
  • Page :
  • 1
Temps de génération de la page : 0.217 secondes
Propulsé par Kunena