Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
  • Page :
  • 1
  • 2

SUJET : Stage initiation parapente dans le Nord

Stage initiation parapente dans le Nord 16 Sep 2018 15:20 #14797

  • Farid
  • Portrait de Farid
  • Hors ligne
  • Messages : 1298
  • Remerciements reçus 491
Le moment de remonter au décollage et de pouvoir partager un peu sur ce vol.
De profiter aussi de la beauté de ce décor qui s'offre à nous.
C'est ça aussi le parapente, découvrir de nouveaux endroitx, admirer la beauté des paysages et la nature.
IMG_4931.jpg


IMG_4926.jpg


IMG_4918.jpg


IMG_4928.jpg


Un peu d'exercice dans des endroits parfois insolites
IMG_4922.jpg
Mes vidéos
Elève moniteur fédéral
Suivez moi sur www.facebook.com/faridparapente
Dernière édition: 16 Sep 2018 15:20 par Farid.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Stage initiation parapente dans le Nord 16 Sep 2018 15:54 #14798

  • Farid
  • Portrait de Farid
  • Hors ligne
  • Messages : 1298
  • Remerciements reçus 491
Après cette pause bien méritée pour tous, le débriefing du vol, prenons le temps d'observer l'évolution des conditions, la marée commence à remonter, le vent continue doucement de se renforcer. ET quand est-il de vous, votre état de fatigue?
Il vaut mieux parfois rester sur une bonne impression, on envisage de décoller si tout est réuni au positif.

Jérémie est en forme et veut revoler, les autres préfèrent rester sur ce beau vol.
Le vent n'est pas encore fort on peut te refaire voler.
Jérémie vole mieux que les premières minutes de ce matin, plus de mouvement de roulis, les priorités sont respectées, la distance avec le relief est mieux anticipée. Super Jérémie tu continues comme ça...
Attention tout de même aux prémices d'excès de confiance que tu nous a parfois montré :whistle:
Pas d'initiative qui vont à l'encontre des consignes données avant le vol :whistle:
IMG_4936.jpg


Jérémie qui s'avance vers la mer pour commencer une perte d'altitude, le vent se renforce nous allons écourter le vol.
IMG_4947.jpg


Voila comme se termine officiellement la fin de ce super stage initiation.
IMG_4949.jpg


L'après midi nous irons sur Equihen pour faire découvrir le site et voir les copains du club et d'autres qui font des biplaces
Profiter en contemplant les autres voler jusqu'au coucher de soleil
IMG_4971.jpg


Je tiens à remercier les élèves et les féliciter pour leurs belles progressions et leurs bonne humeur, j'ai passé une superbe semaine en votre compagnie, nous aurons l'occasion de nous retrouver pour la suite des aventures ! ce n'est que le début d'une nouvelle vie pour vous :woohoo:
Merci à Hugues pour m'avoir fait confiance, conseillé et permis d'organiser ce stage.
Merci à Dominique avec qui s'est toujours un plaisir de travailler et de passer du temps comme cette semaine.
Ainsi qu'a l'équipe Treuil, JP, Mika, Alain, on le répète souvent le parapente on vol seul mais c'est souvent un travail d'équipe !

A bientôt
Mes vidéos
Elève moniteur fédéral
Suivez moi sur www.facebook.com/faridparapente
Dernière édition: 16 Sep 2018 16:01 par Farid.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Hugues, thomasm, guillaumetiti, paratoto

Stage initiation parapente dans le Nord 17 Sep 2018 14:50 #14811

  • VincentB
  • Portrait de VincentB
  • Hors ligne
  • Messages : 1
  • Remerciements reçus 1
Salut tout le monde !

Je suis l’un des quatre participants à ce stage et je souhaitais juste partager en vrac mes impressions sur ces 5 journées d’initiation au parapente. Ne faite pas attention aux potentielles fautes, j’ai écrit ça dans le train en une petite heure à chaud. Je voulais faire ce petit récit pour aider de potentiels futurs parapentistes de la région qui n'osent pas franchir le pas.

Pour préciser le contexte, je suis sujet assez fortement au vertige, mais le parapente a toujours été une discipline qui m’a énormément attiré. Le vertige est un frein mais je ne souhaitais pas en rester là…

Jour 1 : Découverte, gonflage et théorie

Pour ce premier jour de stage, on se donne rendez-vous au Parc des Îles à Hénin-Beaumont. Il est situé en bordure d’un terril pas très haut mais assez plat pour imaginer un décollage… du coup, on commence déjà à flipper avant même de savoir ce qu’on va y faire pour ce premier jour dans ce parc.

9h15 tapante, rencontre des moniteurs et des 3 autres stagiaires pour un premier tour de présentation. Premier contact très avenant, les moniteurs ont la banane et nous décrivent un peu comment vont se passer ces cinq jours de stage.
Première présentation du matos : la vache, y’en a des trucs à retenir ! Et comme j’ai pas tout enregistré, au bout d’une demi-heure on commence à sortir des phrases comme « Et cette ficelle elle sert à quoi ? », « J’ai fait un bordel de cordes avec mon siège, y’a quelqu’un pour m’aider ? ». Heureusement, Dominique, président du Fil d’Ariane est là pour veiller au grain et nous remettre rapidement sur le droit chemin !
Premiers pas dans la simulation de décollage dos voile, « ça tracte ce gros cerf-volant ! ». Après une heure et demi de tentatives plus ou moins concluantes, enfin la pause-déjeuner, je suis déjà rincé, mais excité à l’idée d’y retourner. La magie commence déjà à opérer.
L’après-midi, un vent trop fort oblige à passer à tour de rôle sur une mini-voile. Moins de force de traction mais c’est nerveux ! Et on termine la journée sur quelques notions théoriques bienvenues, qui me permettent (personnellement) de beaucoup mieux comprendre pourquoi nous avons eu tous ces exercices et remarques ce matin du style : « Tire le côté qui monte ! », « Charge la ventrale », etc.

Une première journée encourageante car avec une équipe pédagogique aussi top, le stage ne peut que bien se passer !

Jour 2 : Gonflage, the come back
Même endroit, même heure : on prend les mêmes et on recommence.
On comprend très vite que les phases de préparation et de décollage sont primordiales et délicates. Il faut les travailler sans cesse pour acquérir au plus vite les premiers réflexes de maîtrise de la voile au sol.
Les moniteurs nous laissent déplier, installer et démarrer quelques gonflages en solo. L’installation se passe vraiment bien, les bons termes sont maintenant employés mais le pré-gonflage et gonflage sont encore fortement parasités de gestes de paniques pour ma part. La voile fait parfois n’importe quoi, surtout quand on me dit « Freine le côté qui monte » et que je fais l’inverse sans m’en rendre compte. Mais ça progresse.
Pause déjeuner après une petite bruine, avant de reprendre la séance plus motivé que jamais. Et là, on se sait pas pourquoi mais tout devient limpide. Nos gestes sont presque propres et confiants, on ressent beaucoup mieux la voile qui a l’air d’obéir à nos souhaits. On effectue quelques courses pilotés toujours avec des défauts mais avec une « notion de propreté » bien présente.

La journée s’achève sur un réglage de nos sellettes car le lendemain on nous dit : « On va faire un premier vol en treuil ! ». Au début j’ai cru que j’avais pas compris. J’ai fait répéter. Et en fait si, j’avais bien compris : j’ai en même temps découvert que l’on pouvait décoller à l’aide d’un treuil sans aucune pente donc.
Le soir même, on regarde quelques vidéos Youtube et on commence à comprendre, ça a l’air chouette en fait, mais ça fait quand même flipper de se faire tirer par une corde à 300m de hauteur.

Jour 3 : « Genre on peut voler avec un treuil ?? o_O »
Rendez-vous à Mont-St-Eloi, près d’Arras.
La pluie est malheureusement au rendez-vous, mais notre équipe de monos a plus d’un tour dans son sac : la mairie veut bien nous prêter les clés d’une salle proche pour nous réfugier et en profiter pour parler du parachute de secours. Bah ouais, le parapente ça vole, mais on n’est jamais à l’abri d’une cravate mal gérée ou d’une grossière erreur de pilotage !
Dominique nous montre avec grande pédagogie les différentes façons de plier un secours. Le temps de cette démonstration, la pluie a cessé, le soleil commence à pointer le bout de son nez : c’est parti pour le treuil !
Arrivés sur place, chacun d’entre nous passe dans les mains d’Hugues en bi-place pédagogique, avec Farid à la radio. Le stress monte, même si l’on connaît la grande expérience de notre biplaceur. On nous attache à la voiture avec la corde reliée au treuil. Hugues me dit qu’une fois que nos pieds ont quitté le sol, il me donne les commandes et que je gère la montée, le largage et le plan de vol avec l’atterrissage en solo, Farid donnant les consignes à la radio.
La voiture démarre, Hugues gère le gonflage et c’est parti : après quelques pas les pieds quittent le sol à une vitesse assez impressionnante. A peine mes fesses au fond de la sellette que je me retrouve avec les commandes en main avec mon regard fixé à la camionnette qui se rapetisse à vue d’œil. Mon objectif : garder le cap avec le câble droit entre les jambes. Ça paraît compliqué mais c’est plus simple que ça en a l’air en fait. La vue du câble qui se désaxe et le ressenti sur les commandes donnent instinctivement la marche à suivre.
Quelques 300m plus haut, on entend à la radio : « Préparation, … Largage », et il nous reste juste à tirer sur une cordelette entre nos jambes pour être enfin libres… et QUELLE SENSATION !
Farid nous guide très clairement pour chaque virage à effectuer, on n’a plus qu’à se laisser guider. Quelques secondes plus tard, l’atterrissage approche, et tout se fait en douceur. « C’est facile en fait ! ». A peine au sol, on est déjà en train de se demander quand est-ce qu’on peut recommencer !

Une petite pause déjeuner plus tard, c’est à nous de jouer en solo. Les uns après les autres, on réalise le même exercice mais sans la présence d’Hugues dans notre dos pour nous rassurer. Je passe le dernier, et la tension monte indéniablement.
La sellette installée, je me rends compte que ma concentration est à son maximum. Je me répète les gestes du gonflage, de la tempo et de la course. Je vérifie 5 ou 6 fois le fonctionnement du largage comme un psychopathe, je prégonfle ma voile le plus parfaitement possible, je demande 3 fois à Farid si je n’ai pas fait de connerie dans mes commandes (tour de frein ou de sellette, etc.). Et là, ils n’attendent plus que mon signe de tête pour démarrer. Je me sens prêt et en confiance avec tout l’équipe qui m’entoure. C’est parti. Gonflage nickel, décollage en douceur, je quitte le sol et m’installe dans la sellette sans plus attendre tout en me concentrant sur le cap. Largage nickel et maintenant je suis solo dans les airs, Hugues me donnant les consignes par radio. Quel kiff, quel bonheur et quelle vue ! Je m’étonne par moi-même de ressentir très bien la voile, la dérive et les petites ascendances. Tout se passe à merveille, l’atterrissage se fait une fois de plus en douceur sans aucune anicroche. A peine les pieds sur terre qu’on veut direct y retourner !

Nous avons pu réaliser notre second saut dans les mêmes conditions avec une équipe de treuilleurs au top ! Mine de rien, ils ont nos vies entre nos mains, et on sent clairement que la sécurité est le maître mot pour eux !

Ce premier vol solo fut une expérience plus que réussie. C’était clairement ma principale appréhension, celle d’une panique inexpliquée une fois dans les airs. Mais l’équipe de moniteurs et de treuilleurs savent aisément nous rassurer et nous mettre à l’aise. Leurs conseils sont toujours appropriés et la pédagogie, ils ont ça dans le sang.

Jour 4 : Premiers pas sur site naturel
Le rendez-vous est pris sur le site de parapente de La Comté. C’est une petite colline orientée Ouest qui ne paye pas de mine mais qui est un formidable terrain de jeux pour débutants (décollage, attérrissage, premiers ploufs, etc.) comme pour les confirmés (avec la prise de thermiques principalement). Nous allons enfin faire nos premiers ploufs en solo sur un site naturel.
Sans plus tarder, on reprend nos réflexes des jours précédents et nous grimpons pour un premier vol guidé à la fois depuis le site de décollage par Hugues, puis par Dominique et Farid pour l’atterrissage.
A tour de rôle, nous nous installons, pré-gonflons, et décollons vers la piste quelques mètres plus bas. Encore une fois, cette sensation de liberté et de douceur, c’est juste magique.
A peine attéri, je m’empresse de remonter pour enchaîner les sauts. Les gestes sont de plus en plus précis, le guidage pour le déco ou l’atterro se fait de plus en plus faible jusqu’à un premier saut en total autonomie. Les progrès sont réels et clairement mesurables et nos moniteurs avertis sont là pour nous corriger dans les moindre détails, permettant de réaliser des gestes de plus en plus propres.

Après 9 sauts, malgré quelques attentes dûes à des rafales trop importantes ou à un vent parfois trop faible, je suis rincé !
Comme le soleil arrive en milieu d’après-midi, les thermiques s’activent et du fait de notre faible expérience, cela nous oblige à terminer au sol avec de nous veaux exercices de maîtrise de la voile. Comme je suis vidé de toute énergie, j’avoue que je fais quand même un peu de la m***e… mais ça ira mieux demain !

Jour 5 : Finir en beauté… soaring à la pointe de la Crêche
On y est. Dernier jour de stage, il nous faut finir en apothéose. Et quoi de mieux que de voler le long des falaises calcaires de notre belle région ? Nous partons tous ensemble avec la camionnette de notre président, café et viennoiseries à bord, vers la pointe de la Crêche.

Arrivés sur le site, c’est juste magnifique… La zone de décollage est assez restreinte mais on y trouve rapidement notre compte. Par contre, ce n’est plus le site de La Comté… c’est plus haut et plus impressionnant !
Les uns après les autres, nous sommes guidés par Farid (à l’atterrissage) et Hugues (au décollage) pour effectuer au mieux notre premier soaring. Sécurité avant tout, les règles de priorité sont rappelées, le plan de vol est établi et il nous est rappelé de ne jamais faire un demi-tour vent de dos, ni de trop frôler les falaises sous peine de mauvaises surprises.
Pour mon premier vol, un simple plouf. Le vent a faibli et je n’ai pas réussi à remonter pour continuer le long de la falaise. Second saut… l’extase ! Le vent nous porte tout seul le long de la côte et le vol a pu durer près d’une 30aine de minutes en quasi autonomie !
Mine de rien, la concentration pendant ce vol est à son comble, il faut longer assez précisément la falaise pour ne pas se faire embarquer au-dessus, faire attention aux autres pilotes sur place, contrôler la dérive attentivement. Ce seul vol était magique mais exténuant.

En fin de journée, nous avons eu l’occasion de visiter l’autre spot de la côte à Equihen. Quel plaisir que d’admirer la technique des autres pilotes !

Au final, si vous hésitez ou que vous êtes indécis… foncez ! Si les conditions météos sont aussi propices que pour nous, vous en prendrez plein la vue !
Encore un grand bravo à nos moniteurs Hugues, Farid et Dominique qui sont simplement exceptionnels : patients, pédagogues et passionnés. Merci aussi à notre équipe Treuil, ils n’ont pas hésité à nous emmener dans leur voiture pour nous expliquer le fonctionnement de la machine.
Dernière édition: 17 Sep 2018 14:52 par VincentB.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Farid

Stage initiation parapente dans le Nord 17 Sep 2018 15:15 #14812

  • thomasm
  • Portrait de thomasm
  • Hors ligne
  • Messages : 290
  • Remerciements reçus 226
Super récit Vincent !

Passionnant, écrit "à chaud" comme tu le précises mais cette spontanéité donne la banane et on (re)vit tout ça avec toi à la lecture (même si on déjà pilote) !

Bienvenue dans la famille RazMotte et j'espère que tu prendras de plus en plus de plaisir à voler (attention, c'est une vraie addiction !).

A+

Thomas

PS : si tu ne veux pas te faire dézinguer, ne dis plus "saut", ça, c'est pour nos cousines les parachutistes ;) !
Mons-en-Baroeul | 06 VingtCinq 17 Soixante-et-un 09
Ozone Buzz Z5
Dernière édition: 17 Sep 2018 16:37 par thomasm.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Stage initiation parapente dans le Nord 17 Sep 2018 16:20 #14813

  • svp59
  • Portrait de svp59
  • Hors ligne
  • Messages : 441
  • Remerciements reçus 351
thomasm écrit:

PS : si tu ne veux pas te faire dézinguer, ne dis plus "saut", ça, c'est pour nos cousines les parachutistes ;) !

ça c'est déjà une chose ,

La deuxième :
VincentB écrit:
On nous attache à la voiture avec la corde reliée au treuil
Si jamais la FFVL lit ça ( Gilbert c'est une blague ! ) :woohoo: :woohoo:
non non vous étiez libre de partir ;)
Pour info le cable ( pas corde ... ) est enroulé sur la bobine du treuil mais l'extremité du cable est libre par sécurité : si on déroulait l'intégralité du câble il volerait avec le parapente .... surtout dans ce cas ne pas larguer mais se poser tranquillement en faisant des S ce qui permet de récuperer facilement le cable .
Il y en a qui ont testé une corde directement connecté à une voiture : on appelle ça un vol captif et c'est potentiellement mortel ....

www.razmotte.org/forum/securite-sites/15...et-verrouillage.html

Bon sinon très bon récit et très bon treuillage ! bravo Vincent B)
Jean-Pierre Montuelle / Zéro 6 6 un 8 5 4 7 SIX 5
OZONE BUZZ Z5 XL / Epsilon 7 / Altirando 2&3
Ma page pilote Syride
Coordinateur Treuil Razmotte - Treuilleur qualifié :-) - membre du CD Razmotte . - membre du Buzz Z5 XL POWER TEAM
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Stage initiation parapente dans le Nord 18 Sep 2018 14:58 #14818

Bonjour à tous, j'ai fait partie de ce stage d'initiation et je ne peux qu'encourager toute l'équipe Raz'motte à continuer comme ça!
Au cinquième jour de stage, faire deux vols de 40 minutes en solo (mais surveillé à la radio, attention !), ça n'a pas de prix !!!

Je suis mordu, vivement la prochaine sortie !

Jérémie.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Farid

Stage initiation parapente dans le Nord 19 Sep 2018 11:30 #14819

  • thomasm
  • Portrait de thomasm
  • Hors ligne
  • Messages : 290
  • Remerciements reçus 226
jbernardjl@yahoo.fr écrit:
Au cinquième jour de stage, faire deux vols de 40 minutes en solo.

C'est carrément exceptionnel Jérémie ! Il m'aura fallu attendre au moins 2 ans de pratique - certes irrégulière mais quand même - pour m'offrir un vol de cette durée.

Je ne dirais qu'une chose maintenant : persévérance.

Un site de pratique, même s'il semble figé (on ne peut pas déplacer des montagnes dit-on), offre pourtant des possibilités croissantes pour l'apprenti pilote.

Tiens, par exemple, à Equihen :

- On vole d'abord par temps calme, à marée basse, sans trop de monde, mais on ne tient pas, car on prend la marge nécessaire, et finalement on plouffe, mais aussi parce que reposer au déco, c'est pas simple et encore réservé au niveau supérieur,

- Puis, on vole par temps calme, à marée basse, sans trop de monde, mais on tient un peu mieux, car on connait un peu mieux sa voile et on arrive du coup à affiner son pilotage, mais finalement on plouffe quand même parce qu'un "@é&§!!! qui se croit fort n'a pas respecté la priorité, et c'est le bibi qui trinque et qui part se poser à la plage, parce qu’il vole en sécurité, lui,

- Et puis, on se revoit entre inits de « la même promo », on s’organise pour voler ensemble, on se croise en l’air, on se transmet nos sourires (pas trop près quand même), on se fait un signe, on pousse des cris de joie,

- Ensuite, le vent est un peu plus soutenu au déco, on a les jambes qui tremblotent, on se fait aider au déco et en l’air, on tient mieux, les parapentistes sont plus étagés, ça laisse plus de place, ça rassure, on vole mieux et plus, et on pose, « safe » à la plage,

- Après, à force, on commence à bien connaître le site, les autres nous disent maintenant bonjour (avant, ils nous snobaient un peu, nous, les « inits »), alors, on se sent plus légitime à être là, on prend confiance et du coup on réussit mieux ses décos, et ça y’est, on n’a pas peur de tenter un atterro « en haut », devant ses pairs !

- Yes, première repose à déco, un peu « olé olé » certes, mais on a déjà compris et construit l’approche,

- Alors, on peut maintenant commencer à envisager voler à marée « mi-basse » ou disons ne plus se limiter lorsqu’elle est hyper-basse, on commence à bien connaître la « première portion du site » alors on a envie d’aller explorer un peu plus loin, à droite, une fois qu’on s’est fait expliquer comment passer « la combe », et là, c’est quasi un nouveau site qui s’ouvre à nous, il n’y a presque personne (tout le monde reste faire mumuse pas loin du déco), pas de jardins interdits à contourner, pas de riverains qui nous maudissent à fuir, juste des vaches et des randonneurs qui nous disent bonjour (que les randonneurs),

- Et puis, on pousse de plus en plus loin, on fait des allers-retours sur une portion, et une fois qu’on a senti que « ça tenait », on repousse un peu plus loin la limite, si ça tient plus, tant pis, pas grave, on remballe la voile sur la plage dans son sac rapide et on fait un bout de chemin retour avec les amis randonneurs, ça fait bosser le « hike », et puis, le parapente, c’est un sport, non ?

- Et puis après, on explore de l’autre côté, vers le poste de secours d’Equihen, et on ressent des thermiques, tiens, mais qu’est-ce-que c’est ? Top, ça nous maintient, alors, on s’amuse à passer dedans, faire « des 8 » pour les exploiter, voilà un autre endroit où on s’amuse !

- On rentre, parce que ça fait un moment qu’on vole et puis, on n’est pas là pour battre un record de durée, non, on est là aussi pour apprendre à reposer et à repartir,

- A reposer encore et à repartir encore car, décoller et atterrir une fois « proprement », c’est bien, ça met en confiance, mais c’est peut-être aussi un coup d’bol alors l’assurer 3 fois de suite, c’est encore mieux, et là, on peut se dire qu’on commence « à gérer ».

Bref, tout ça pour dire qu’un site de pratique du parapente, ça n’est pas comme une paire de godasses de Jean-Baptiste Chandelier, ça n’est pas usé au bout de 3 vols ! Un site offrira de plus en plus de possibilités, au fil de la progression du pilote.

Alors, ne lâchez rien !

Thomas

PS : bien sûr, la progression est liée à la pratique mais a également été possible après avoir effectué des stages encadrés.
Mons-en-Baroeul | 06 VingtCinq 17 Soixante-et-un 09
Ozone Buzz Z5
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Farid, Alain, FlyPif, Ulysse
  • Page :
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page : 0.224 secondes
Propulsé par Kunena